Publié le 17 janvier 2022

Le marché du vélo accélère sa mue

Avec plus de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019, soit une augmentation de plus de 10% par rapport à l’année précédente, le marché du cycle semble continuer sa progression. Le récent contexte de crise sanitaire a néanmoins forcément impacté le secteur puisqu’on observe une baisse sensible du nombre de vélos vendus (-2%) depuis son apparition.

 

Si les ventes de vélos fléchissent légèrement en volume, leur progression en valeur continue néanmoins de se poursuivre. Le succès des vélos à assistance électrique et l’attrait toujours plus grandissant des Français pour les produits de haute qualité sont certainement les principales explications d’un prix moyen en hausse.

 

Considéré aujourd’hui plus que jamais comme un enjeu de santé publique, l’usage du vélo doit impérativement continuer à être encouragé et soutenu par les autorités publiques. En cette période de crise sanitaire, économique et sociale, cet accompagnement des pouvoirs publics sera forcément décisif pour permettre au vélo de s’imposer durablement comme le mode de transport favoris des Français pour leurs déplacements du quotidien.

 

Une dynamique à poursuivre

2,33 milliards d’euros de chiffre d’affaires réalisé en 2019 et une progression de 10,1 % en valeur d’achat par rapport à 2018 : les derniers chiffres clés du marché du vélo semblent bel et bien faire fi du contexte de crise actuel.

 

Une bonne santé qui s’explique notamment par deux facteurs principaux : le succès des vélos électriques et la « premiumisation » des vélos achetés par les Français.

 

Un marché qui évolue grâce au succès des vélos électriques et vélos à assistance électriques (VAE).

Avec des ventes en augmentation de plus de 12% en 2019 et un prix moyen en augmentation de pas moins de 10%, les vélos à assistance électrique (VAE), qui représentent aujourd’hui un peu moins de la moitié (45,2 %) du marché en valeur d’achat, se sont rapidement imposés comme un segment porteur du marché.

 

Une « premiumisation » des vélos achetés par les consommateurs français.

Le marché du vélo est également marqué par une nette progression de la demande de cycles de haute qualité. Plus nombreux à envisager une pratique régulière du vélo et sur une plus longue durée, une part importante des consommateurs français sont aujourd’hui en recherche de vélos toujours plus confortables et plus robustes, élevant ainsi progressivement le prix d’achat moyen d’un cycle.

 

Dans les magasins spécialisés comme dans les grandes enseignes multisports, cette exigence de qualité se vérifie aussi à la progression significative de la demande des consommateurs français en matière de service de maintenance.

 

Continuer à encourager l’achat de vélos

Bien que le chiffre d’affaires du marché du vélo marque une belle progression, on observe a contrario une diminution en volume des ventes de cycles. Une tendance qui concerne également les vélos musculaires puisqu’on constate une baisse de 4,1% des ventes en volume sur ces modèles de cycles.

 

De même, si les ventes de vélos de route restent sensiblement stables, d’autres modèles comme les VTT (-10 %) sont confrontés à une baisse particulièrement marquée.

 

Cette tendance à la baisse des ventes en volume semble être directement liée à l’application de nouveaux critères restrictifs au bonus écologique, rendant aujourd’hui quasiment inaccessible ce dispositif d’aide mis en place par l’État.

 

Fort de ce constat, les différents acteurs du marché du vélo s’accordent sur la nécessité de replacer la pratique du vélo au centre des débats sur la mobilité urbaine. Tous s’accordent sur le même discours : les décisions politiques doivent encourager les Français à investir dans l’achat d’un vélo et ainsi donner une vraie chance de pouvoir répondre à l’urgence écologique.

 

Marché du vélo : l’usage du cycle reconnu comme un enjeu de santé publique

Tandis que la société entière se prépare à l’après confinement, la crise sanitaire actuelle doit être envisagée comme l’opportunité de repenser nos habitudes et la façon dont nous effectuons nos déplacements du quotidien.

 

Favorisant naturellement la distanciation sociale et s’apparentant à un véritable outil de transition écologique, l’usage du vélo doit impérativement pouvoir s’affirmer comme la solution de déplacement privilégiée des français.

 

Geste barrière à part entière, le recours collectif au cycle pourrait bien jouer un rôle capital dans la lutte pour enrayer définitivement l’épidémie.

Pour parvenir à imposer durablement ce mode de déplacement dans le quotidien des citoyens, deux actions primordiales doivent être engagées.

 

Soutenir toutes les entreprises du cycle

Comme la plupart des autres secteurs du commerce, le marché du vélo aura été touché de plein fouet par la crise sanitaire lié à la Covid 19.

 

Les magasins spécialisés dans la vente et la réparation de vélos accuseraient une perte conséquente de chiffre d’affaires depuis le début le début de la pandémie et 63% d’entre eux aurait eu recours au chômage partiel durant cette période.

 

Promouvoir et faciliter davantage la pratique du vélo

Si l’aide à la réparation de vélos mise en place par l’État fut saluée par l’ensemble des acteurs du marché du cycle, ces derniers s’accordent sur le fait que cette mesure seule ne sera pas suffisante.

 

Retour d’une vraie aide d’État à l’achat de vélos, aménagement de nouvelles pistes cyclables, renforcement du forfait mobilité durable… Le développement de la pratique du vélo relève d’un véritable enjeu de santé publique.

Nos partenaires
commerce & industrie
du sport

Rejoins la communauté
CNPC SPORT